La composition échiquéenne
        Féerie



Les échecs changeants

Les pièces, sauf les Rois, subissent une mutation à leur arrivée sur certaines cases, que ce soit par des coups sans ou avec capture. Ces cases sont celles qui sont occupées au début d’une partie classique, c’est-à-dire les cases des première, deuxième, septième et huitième traverses. Les mutations sont obligatoires.

La mutation se fait en une pièce de même nature et de même couleur que celle qui se trouve, au début d’une partie classique, sur la case d’arrivée. Les Rois ne subissent pas de mutation ; un camp ne peut donc pas se retrouver sans Roi. Mais, si toute autre pièce arrive sur une des cases e1 ou e8 (cases d’origine des Rois), elle se transforme en Roi. Il y a alors plus de deux Rois sur l’échiquier, et on applique la règle des « Rex Multiplex ». Le roque est possible avec une Tour mutée n’ayant pas joué depuis sa mutation.

PNG - 2.4 ko
Diagramme A

Diagramme A : Les cases marquées sont les 32 cases où se produisent une mutation.

PNG - 15.7 ko
Diagramme B

Diagramme B : Nous obtenons le tableau de mutation des échecs changeants en plaçant sur chaque case de mutation le résultat de la mutation qui s’y produit.

Décomposition d’un coup

Un coup peut être décomposé en deux opérations, la première est une opération de déplacement, la seconde une opération de mutation avec ou sans changement de couleur.

PNG - 4.6 ko
Diagramme C

Diagramme C : La Tour noire peut jouer sur une des quatre cases de mutation marquées. Si elle joue sur « a8 », la position obtenue est la même qu’aux échecs orthodoxes.

Diagramme D ci-dessous : L’image de gauche reprend la position du Diagramme C. L’image centrale montre la position après le déplacement ordinaire de la Tour en « a7 ». La dernière image montre la position finale après mutation de la Tour en Pion noir.

PNG - 6.7 ko
Diagramme D


Diagramme E ci-dessous : L’image de gauche reprend la position du Diagramme C. L’image centrale montre la position après le déplacement ordinaire de la Tour en « a2 ». La dernière image montre la position finale après mutation de la Tour noire en Pion blanc.

PNG - 6.8 ko
Diagramme E


Diagramme F ci-dessous : L’image de gauche reprend la position du Diagramme C. L’image centrale montre la position après le déplacement ordinaire de la Tour en « a1 ». La dernière image montre la position finale après mutation de la Tour noire en Tour blanche.

PNG - 6.8 ko
Diagramme F


Exemple

PNG - 5.1 ko
h‡1 Échecs changeants

Les Noirs jouent un coup et permettent aux Blancs de faire mat immédiatement.

Solution :

PNG - 5.1 ko
Mat

1. Fh1 (=T) 0-0 ‡

Les Noirs jouent leur Fou en « h1 » ; il se transforme en Tour blanche. Cette Tour a le droit de participer à un roque. Les Blancs roquent ; la Tour blanche se transforme en Fou blanc.

Variantes

Il suffit de modifier le tableau de mutation pour obtenir une variante du genre.

PNG - 15.3 ko
Tableau de mutation des
échecs changeants inversés

Le Diagramme ci-contre présente le tableau de mutation des
« échecs changeants inversés ».

Les « échecs changeants sans changement de couleur » (en allemand : gleichfarbiges Wandelschach) : une pièce (pas un Roi) change de nature mais pas de couleur en arrivant sur une des 32 cases occupées dans la position de début de partie (Genre traité par WinChloe).

Ci-dessous les tableaux de mutation des « échecs changeants sans changement de couleur ».

PNG - 30.2 ko
Tableaux de mutation
À gauche, le tableau de mutation des pièces blanches
À droite, celui des pièces noires


Vérification par ordinateur

  • WinChloe

Traductions

  • Allemand : Wandelschach



Mot(s)-clé(s) :

-  Couleur des pièces  -
-  Mutation  -
-  Position initiale de la partie  -
-  Rex Multiplex  -




Ouvrage créé et géré à l'aide de SPIP, logiciel libre distribué sous Licence publique générale GNU (GNU GPL). Origine des images des pièces du jeu d'échecs et des échiquiers (Wikimedia Commons). D’autres informations : Echekk.