La composition échiquéenne
        Féerie



Les échecs Provocateurs

On modifie la règle de la capture.

Une pièce ne peut capturer et donner échec que si elle est observée par une pièce adverse.

Illustration

PNG - 4.1 ko
Diagramme A
‡1 Échecs Provocateurs

Diagramme A : Les Blancs font mat en un coup. Les Blancs font mat en jouant le Pion en a8 avec promotion en Tour. Le Fou « h1 » observe la Tour ; le Roi noir est donc en échec. Les Noirs ne peuvent pas ne pas observer la Tour. De plus, le Fou n’étant pas lui-même observé, il ne peut pas capturer la Tour blanche. On a donc une position de mat. À noter que le Roi noir ne peut aller sur une des cases de la septième traverse au contact du Roi blanc pour cause d’autoéchec, le Roi noir « activant » le Roi blanc.

Si les Blancs jouent 1. a8=D†, la Dame observant le Fou noir, ce dernier peut jouer F×a8 !

Aux « échecs Provocateurs » toutes les pièces subissent la restriction. Aux « échecs à pièces Provocatrices », c’est le cas de certaines pièces seulement (on les représente d’une façon particulière au Diagramme, en général par une pièce ordinaire entourée d’un liseré).

Histoire

  • Genre inventé par Roméo Bédoni et présenté dans le numéro 107-108 de la revue Phénix, mai-juin 2002.

Traduction

  • Anglais : Provocation chess

Vérification par ordinateur

  • Jacobi (Provocation)
  • WinChloe (Échecs Provocateurs, échecs à pièces provocatrices)



Mot(s)-clé(s) :

-  Observation  -
-  Restriction  -




Ouvrage créé et géré à l'aide de SPIP, logiciel libre distribué sous Licence publique générale GNU (GNU GPL). Origine des images des pièces du jeu d'échecs et des échiquiers (Wikimedia Commons). D’autres informations : Echekk.