La composition échiquéenne
        Féerie



Les échecs d’Eiffel

Les échecs d’Eiffel sont un genre se différenciant des échecs orthodoxes par le pouvoir donné aux pièces de paralyser d’autres pièces. Toutes les pièces, sauf les Rois, peuvent paralyser. Et toutes, sauf les Rois, peuvent être paralysées.

Paralysie : Une pièce ayant le pouvoir de paralyser paralyse les pièces adverses qu’elle observe. Quand une pièce est paralysée, elle ne peut ni jouer sans capturer ni jouer en capturant. Elle ne donne pas échec, ce qui est une conséquence de son incapacité à capturer. Si elle a elle-même le pouvoir de paralyser, elle le conserve quand elle est paralysée.

Observation : Dans le cas des échecs d’Eiffel, on dit qu’une pièce observe une pièce adverse quand la seconde se trouve dans le champ de capture de la première. Le champ de capture est établi en tenant compte seulement du pouvoir de déplacement avec capture particulier à cette pièce. Ainsi, une pièce A observe une pièce B même si la capture de B est un autoéchec et même si A est paralysée.

Modalités de paralysie « Eiffel »

Une pièce paralyse une ou plusieurs pièces du camp adverse qu’elle observe selon les associations suivantes : un Pion paralyse un Cavalier, un Cavalier paralyse un Fou, un Fou paralyse une Tour, une Tour paralyse une Dame, une Dame paralyse un Pion. Les Rois sont exclus de ce cycle de paralysie.

PNG - 5.3 ko
Cycle des paralysies

Le cycle de paralysie reprend l’ordre des pièces établi selon leurs valeurs dans le jeu orthodoxe. Voir : Hiérarchie.

Aux échecs Madrasi, une pièce paralyse les pièces adverses de même nature qu’elle.

Précisions :

  • Les pièces conservent leur pouvoir de capturer quand elles ne sont pas paralysées. Le pouvoir de paralyser ne remplace pas le pouvoir de capturer
  • Les pièces ne sont plus paralysées quand elles ne sont plus observées.

Illustration

PNG - 6.1 ko
Diagramme A

Diagramme A : La Dame blanche paralyse les deux Pions noirs. Ainsi, la case « b5 » n’est pas interdite au Roi blanc. La case « c4 » est interdite au Roi blanc, car s’il s’y rendait, il couperait la ligne de paralysie a2-d5 et ce coup serait un autoéchec.

Bien qu’il soit paralysé, le Pion noir « d5 » paralyse le Cavalier blanc. La case « f6 » n’est donc pas interdite au Roi noir.


Variantes

Variantes traitées par WinChloe où les associations sont modifiées :

  • Eiffel (Dame ↔ Fou) & (Tour ↔ Cavalier). Un Cavalier paralyse une Tour, et une Tour paralyse un Cavalier ; une Dame paralyse un Fou, et un Fou paralyse une Dame.
  • Eiffel Cavalier → Dame → Tour → Fou (Cavalier paralyse Dame, Dame paralyse Tour, Tour paralyse Fou, Fou paralyse Cavalier)
  • Cavalier → Fou → Tour → Dame (Cavalier paralyse Fou, Fou paralyse Tour, Tour paralyse Dame, Dame paralyse Cavalier)
  • Roi → Dame → Tour (Roi paralyse Dame, Dame paralyse Tour, Tour paralyse Roi).

Leffie

Les « échecs Leffie » sont aux échecs d’Eiffel ce que les échecs Isardam sont aux échecs Madrasi.

Vérification par ordinateur

  • Popeye
  • WinChloe

Traductions

  • Allemand : Eiffel Schach
  • Anglais : Eiffel chess



Mot(s)-clé(s) :

-  Hiérarchie  -
-  Observation  -
-  Paralysie  -




Ouvrage créé et géré à l'aide de SPIP, logiciel libre distribué sous Licence publique générale GNU (GNU GPL). Origine des images des pièces du jeu d'échecs et des échiquiers (Wikimedia Commons). D’autres informations : Echekk.