La composition échiquéenne
        Féerie



Les échecs sauvages

On ajoute aux règles des échecs orthodoxes une règle imposant de retirer certaines pièces de l’échiquier. Ces disparitions spontanées frappent les pièces du camp venant de jouer qui sont observées par au moins une pièce ennemie. Une pièce observée par le Roi adverse ne disparaît pas si elle est protégée.

Un coup peut être décomposé de la façon suivante :

  • Le camp A joue un coup ordinaire. Un autoéchec dans cette position intermédiaire est interdit
  • Les disparitions spontanées des pièces du camp A se trouvant observées par l’adversaire se produisent. Il n’y a pas de réaction en chaîne : après la disparition de toutes les pièces observées, de nouvelles pièces peuvent se trouver observées, mais cela n’entraîne pas d’autres disparitions.

Illustration

PNG - 5 ko
Diagramme A

Diagramme A : La Tour blanche joue en « b5 ».

Le Pion blanc observé par le Roi noir ne disparaît pas, car la Tour observe ce Pion. La Tour blanche disparaît, car le Fou noir l’observe. Le Pion « a4 » ne disparaît pas car il n’est attaqué par le Fou qu’après la disparition de la Tour.




Mot(s)-clé(s) :

-  Disparition  -




Ouvrage créé et géré à l'aide de SPIP, logiciel libre distribué sous Licence publique générale GNU (GNU GPL). Origine des images des pièces du jeu d'échecs et des échiquiers (Wikimedia Commons). D’autres informations : Echekk.