La composition échiquéenne



Les compositions échiquéennes diverses

Pendant longtemps, le cœur de la composition échiquéenne n’était constitué que du problème direct et de l’étude orthodoxes. On peut dire qu’il englobe maintenant aussi les problèmes des autres types de problèmes à jeu orthodoxe (comme les inverses et les aidés) ainsi que toute une gamme de problèmes féeriques.

Le point commun à tous ces problèmes : leur solution est une ou plusieurs suites de coups qui pourraient être extraites de parties imaginaires. On considère donc que l’essence du jeu est le mouvement et l’action.

Ce chapitre regroupe les compositions échiquéennes dont le contenu est nettement différent des œuvres de ce cœur. Par commodité nous les appellerons « curiosités ».

Les constructions sont des compositions réalisant un exploit de construction, sans qu’une question véritable soient posée. Avec l’énoncé « Les Blancs jouent et ne matent pas », on reste dans le domaine de la composition, mais les amateurs de problème pourraient dire qu’il s’agit plutôt de constructions, avec une connotation péjorative. Ces compositions ne sont pas de vraies énigmes. Le simple spectateur remplace le solutionniste.

Les parties justificatives, certains problèmes à rétroanalyse ont pu être considérés à une époque ancienne comme des curiosités. Sam Loyd et Henry Dudeney qui travaillaient sur toutes sortes de supports pour leurs récréations mathématiques furent des précurseurs.



Ouvrage créé et géré à l'aide de SPIP, logiciel libre distribué sous Licence publique générale GNU (GNU GPL). Origine des images des pièces du jeu d'échecs et des échiquiers (Wikimedia Commons). D’autres informations : e-chekk.